Ancien forum du Hiko 64th Sentai

Notre nouveau forum sur www.64sentai.fr
 
AccueilHOMECalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Histoire du 64s: Tateo Kato, l'âme du 64ème Sentaï

Aller en bas 
AuteurMessage
*{64s}Takeshi_I

avatar

Messages : 422
Date d'inscription : 24/03/2009
Localisation : Akeno

MessageSujet: Histoire du 64s: Tateo Kato, l'âme du 64ème Sentaï   Sam 13 Juin - 0:13

HISTOIRE DU 64ème SENTAÏ: Tateo Kato, l'âme guerrière du 64ème Sentaï



I) Tateo Kato et la naissance du 64ème Sentaï
II) Les jours de gloire
III) Combats pour Singapour
IV) En duel avec les Tigres volants
V) Vers son destin


Le 64ème Sentai fut certainement l'unité la plus célèbre de l'IJA. Elle doit cette reconnaissance non seulement à sa longévité – elle combattit depuis le conflit du Nomohan opposant les japonais aux soviétiques jusqu'à la reddition de l'Empire du Soleil Levant, à son efficacité – au total, plus de 300 victoires furent revendiquées par ces valeureux pilotes au cours de la guerre du Pacifique mais aussi à la popularité de son chef charismatique Tateo Kato

I)Tateo Kato et la naissance du 64ème Sentaï

a) Un commandant illustre

Né le 28 septembre 1903 sur l'île d'Hokkaîdo, au nord du Japon, fils d'un sergent de l'armée impériale décédé au cours de la guerre russo-japonaise, Kato s'engage dans l'armée en 1921. Désirant devenir pilote, il entre à l'école de pilotage de Tokorozawa. Tateo est dès le début un brillant pilote, le premier de sa promotion à voler en solo. Lors de la cérémonie de remise des diplômes, en mai 1927, sa démonstration en vol provoque l'étonnement des spectateurs. Pour ses brillants résultats, il reçoit un cadeau de l'Empereur.
Il est ensuite affecté au 6ème Hiko Sentaï à Pyong Yang ( capitale de l'actuelle Corée du nord). Il pilote alors le Kawasaki ko 24, qui est en fait un Nieuport Delage ND 29 construit sous licence. Ses talents de pilote et de tireur lui valent très tôt une excellente réputation.


Kawasaki Ko 24


Il devient donc logiquement instructeur à son tour, d'abord à Tokorozawa puis au sein de la fameuse école de pilotage d'Akeno.
Néanmoins, promu Chû-i (lieutenant),il prend le commandement du 1er Shotaï du 5ème Hiko Sentaï en février 1936.
Lorsqu'en juillet 1937 débute le conflit sino-japonais Kato, devenu Taï-i (capitaine), prend cette fois le commandement du 1er shotaï du 2nd Hiko Daitaï, une unité opérationnelle équipée de ki 10 Perry.


En Chine, Kato vole sur Kawasaki Type 95 Ki-10 Perry, un petit biplan très agile.


C'est à bord de cet avion qu'il obtient sa première victoire le 25 mars 1938 lorsqu'en compagnie de quatre autres pilotes nippons il affronte des I-15 de l'armée chinoise au-dessus de Suzhou. Malgré une infériorité numérique et un déficit d'altitude, Kato manoeuvre afin d'attaquer l'ennemi avec le soleil dans le dos. S'ensuit un long combat de 20 minutes au cours duquel il abat 4 Polykarpov. Hélas, c'est aussi au cours de cette journée qu'est abattu et tué le Chû-i Kawahara. Kato, qui n'arrive pas à croire qu'un si bon pilote soit mort demeure jusqu'au crépuscule sur la piste à attendre son camarade. Très choqué, il se rase la moustache le lendemain en signe de deuil.
Le 3 avril 1938, son unité perçoit sa nouvelle monture, destinée à remplacer le Ki-10 qui, bien qu'excellent est devenu obsolète: il s'agit du moderne ki 27a. Kato et ses camarades peuvent désormais affronter d'égal à égal les meilleurs chasseurs provenant d'URSS.


Plaquette finlandaise éditée durant la guerre d'Hiver.


Le 10 avril, le 1er shotaï est confronté à 8 I 15bis au-dessus de Hankou. 5 biplans sont descendus par les pilotes nippons dont 3 par Kato lui-même.
Durant ce mois, l'unité remporte 39 victoires et déplore la perte de 3 appareils, ce qui lui vaut 2 citations à l'ordre de l'armée impériale. A titre personnel, Kato obtient encore deux victoires le 9 et le 16 mai.
Le conflit terminé, Kato est rappelé au Japon où il est désormais célèbre; la presse le surnomme "l'aigle sauvage de l'Empire". Aujourd'hui encore est fredonnée une chanson populaire intitulée Ah, Ah, Hayabusa Sentoki-Kaï qui honore sa mémoire.





b) la création du 64ème Hiko Sentaï

Dans le cadre d'une refonte de l'organisation de l'aviation de l''Armée impériale, Kato reçoit le 1er août 1938 l'ordre de former le 64ème Hiko Sentaï à partir du 2nd Hiko Daitaï dont il assurait auparavant le commandement. Les effectifs sont renforcés avec de nouveaux pilotes choisis parmi les meilleurs de la prestigieuse école d'Akeno. Cette sélection est certainement dûe à la célébrité de Kato dont l'IJA compte tirer profit à des fins de propagande. Le 64 ème Sentaï est basé à Shotoku, en Mandchourie. L'unité est équipée en ki27.


ki27 du 64ème Sentaï sur le terrain de Houlan,Mandchourie(Photo extraite du forum 343KKT)

S'ensuit alors une période de formation et d'entraînement des nouveaux pilotes sur ce matériel.
Profitant de cette période d'accalmie, Kato se rend en Allemagne où il confronte les tactiques japonaises à celles de la Luftwaffe.
Cependant, les tensions entre Etats rivaux demeurent et le 11 mars 1939 éclate le conflit du Nomonhan, nom japonais de la rivière Khalkin-Gol située à la frontière de la Mandchourie et de la Mongolie.(voir:http://www.343kkt.net/forum/viewtopic.php?t=201)
Le 64ème Sentaï, intégré au 12ème Hidodan, se voit alors confier la mission de protéger l'infanterie depuis la base de Houlan en Mandchourie. Les combats sont éprouvants et les pilotes fortement sollicités. Le Taï-i Iwori Sakaï, qui deviendra commandant du 2nd Shotaï à la mort du Taï-i Anzaï (1er septembre 1939) témoigne:
" Je volais quatre ou même six fois par jour et étais si fatigué que je revenais de la dernière sortie pratiquement aveugle, du fait de l'épuisement. Il m'est ainsi arrivé de rentrer avec 50 trous de balles dans mon avion". Au cours de ce conflit, Iwori Sakaï remporte 15 victoires et devient ainsi un des as nippons les plus efficaces. Il quitte pourtant le 64ème Sentaï à l'automne 1939 pour devenir à son tour instructeur et pilote d'essais. Son score sera dépassé par le Gun-sô (sergent)Ryotaro Joboqui descend son premier I16 le 3 août. Sa seconde victoire survient le 14 août après une poursuite de 40 km derrière les lignes ennemies.
Le 21 Août, l'IJA attaque massivement l'aérodrome de Tamsak-Balak: plus de 50 bombardiers escortés par 88 ki27 participent à la bataille aérienne. Le 64ème Sentaï remporte à cette occasion plus de 20 victoires. Le Gun-Sô Jobo, pourtant blessé au visage par un éclat abat deux I 16. Il finira le conflit avec 18 nouvelles victoires puis sera affecté à une école d'officiers au Japon.
Quant à Tateo Kato, il augmente son score de 10 victoires avant que ne cessent le 15 septembre 1939 les "incidents du Nomohan".
Durant ces quatre mois de conflit, l'IJA revendique 1162 avions soviétiques abattus en vol et 98 détruits au sol pour la perte de 162 des leurs.
De leur côté, les pilotes de l'URSS affirment avoir descendu 650 avions japonais et reconnaissent la perte de 207 de leurs machines.

Désormais, l'Etat-major de l'Armée impériale prépare une nouvelle guerre d'expansion. Le 64ème Sentaï est alors envoyé au sud de la Chine.


Dernière édition par *{64s}Takeshi_I le Sam 17 Oct - 15:11, édité 22 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*{64s}Takeshi_I

avatar

Messages : 422
Date d'inscription : 24/03/2009
Localisation : Akeno

MessageSujet: Re: Histoire du 64s: Tateo Kato, l'âme du 64ème Sentaï   Sam 13 Juin - 0:32

study

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*{64s}Takeo_I

avatar

Messages : 434
Date d'inscription : 14/04/2009
Age : 46
Localisation : clermont ferrand

MessageSujet: Re: Histoire du 64s: Tateo Kato, l'âme du 64ème Sentaï   Sam 13 Juin - 10:36

Shocked Shocked Shocked

Où trouver ces ouvrages ???? Shocked Shocked Shocked

Vous auriez pas un site specialisé pour trouver des ouvrages sur "notre" aviation, et en français pas hasard ? bounce bounce bounce
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*{64s}Tomio_I
Admin
avatar

Messages : 314
Date d'inscription : 25/03/2009
Localisation : Meudon 92 / Rangoon

MessageSujet: Re: Histoire du 64s: Tateo Kato, l'âme du 64ème Sentaï   Sam 13 Juin - 16:18

on les a en pdf takeo, on a tout sauf les derniers trucs a savoir en ce qui nous concerne

- Hayabusa aces of WW2 / Osprey (que je pense trouver ici en UK pas trop cher)
- P40 Warhawk vs Ki43 Oscars / Osprey Duel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*{64s}Takeo_I

avatar

Messages : 434
Date d'inscription : 14/04/2009
Age : 46
Localisation : clermont ferrand

MessageSujet: Re: Histoire du 64s: Tateo Kato, l'âme du 64ème Sentaï   Sam 13 Juin - 20:19

Bon ben vivement les espaces de stockage sur notre site alors Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*{64s}Tomio_I
Admin
avatar

Messages : 314
Date d'inscription : 25/03/2009
Localisation : Meudon 92 / Rangoon

MessageSujet: Re: Histoire du 64s: Tateo Kato, l'âme du 64ème Sentaï   Sam 13 Juin - 21:26

oui il faudrait faire un truc en ligne mais il y a tellement de trucs que...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*{64s}Takeo_I

avatar

Messages : 434
Date d'inscription : 14/04/2009
Age : 46
Localisation : clermont ferrand

MessageSujet: Re: Histoire du 64s: Tateo Kato, l'âme du 64ème Sentaï   Dim 14 Juin - 10:38

J'avais commencer à regarder mais j ai pas encore trouver un truc qui me paraissent vraiment bien.
Personne n'est abonné chez neuf ? on se cotise et on se paye un serveur 9 giga comme ce qu'on avait avec Sakai ? je lance juste l'idée comme ça, à mon avis, cela doit être une option payante mais si on s'y met à tous ça reviendra pratiquement à rien...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*{64s}Takeshi_I

avatar

Messages : 422
Date d'inscription : 24/03/2009
Localisation : Akeno

MessageSujet: Re: Histoire du 64s: Tateo Kato, l'âme du 64ème Sentaï   Dim 14 Juin - 13:52

Moi j'ai 9 mais je crois qu-il y a un autre moyen:
http://rapidshare.de/files/47332963/Jap_Ki-84_Frank_Aerodetail_24.pdf.html#
Hasegawa m'a fait parvenir des fichiers comme ça; je vais essayer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*{64s}Tomio_I
Admin
avatar

Messages : 314
Date d'inscription : 25/03/2009
Localisation : Meudon 92 / Rangoon

MessageSujet: Re: Histoire du 64s: Tateo Kato, l'âme du 64ème Sentaï   Dim 14 Juin - 17:15

il y a aussi le neuf giga de tao san donc je pense que ca fait suffisamment de 9

je ne sais pas a combien se montera l'espace de stockage de notre future site mais ca me semble suffisant pour l'essentiel de ce qu'il faut partager pour que tout le monde y ait accès
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*{64s}Takeshi_I

avatar

Messages : 422
Date d'inscription : 24/03/2009
Localisation : Akeno

MessageSujet: Re: Histoire du 64s: Tateo Kato, l'âme du 64ème Sentaï   Dim 21 Juin - 12:28

II)LES JOURS DE GLOIRE

Au mois d'août 1941, le 64ème Sentaï se voit confier un tout nouveau matériel:il s'agit du chasseur nakajima ki 43 Hayabusa. Cet avion tient une place particulière dans l'histoire de cette unité. En effet, il sera de tous les combats du Sentaï, jusqu'aux derniers jours de la guerre. Ce chasseur quelque peu méconnu - à tel point que même des pilotes alliés l'ont souvent confondu avec le zero, son homologue de la marine - sera pourtant en 1945 encore un adversaire redoutable pour les chasseurs alliés de dernière génération.


ki 43 Hayabusa du 2ème Shotaï du 64ème Hiko Sentaï


a) Premières missions de guerre et premières pertes.

Tout ne débute pas sous les meilleurs auspices pour les pilotes du 64ème Sentaï. En effet, un premier drame survient très tôt; lors d'un entraînement au combat, 2 chasseurs perdent leurs ailes lors d'un piqué. Suite à ce malheureux incident, quelques pilotes se rendent en métropole, à Tachikawa (aux environs de Tokyo) où sont construites les ailes. La structure de ces dernières est analysée et en renforcée en conséquence.
Alors que les pilotes du 64ème Sentaï poursuivent leur transformation sur ki 43, l'Etat-major de l'Armée impériale déploie ses escadrilles en vue de nouvelles conquêtes. Les pilotes de Kato prennent leurs nouveaux quartiers sur la base de Duong Ding, située sur l'île de Phu Quoc, en Indochine. Ils disposent de 33 ki 43 I et de 6 ki 27 qui ne sont désormais utilisés qu'en tant qu'avions de liaison.
Alors que dans le nord du Pacifique, une armada composée des six plus gros porte-avions de la Marine Impériale se dirige vers l'archipel des Hawaï afin d'attaquer la base de Pearl Harbor, à l'ouest de ce même océan les troupes de l'armée se préparent à ouvrir le premier front terrestre. 27 navires transportant 55 000 fantassins défendus par leur escorte navale composée de destroyers et de croiseurs font route vers la Malaisie et la côte méridionale de la Thaïlande.
Kato note dans son journal à la date du 6 décembre 1941:"Je me suis rendu au quartier général pour préparer l'escorte du convoi. Il m'a semblé que jamais une responsabilité aussi importante n'avait pesée sur mes épaules".
Le 7 décembre le Catalina FV-Y du Flg Off P.E. Bedell envoyé en reconnaissance par les britanniques est poursuivi puis abattu par un hydravion Aichi EI3I et des ki 27 du Ier Sentaï de chasse. Le Catalina finit par exploser, tuant son équipage de huit hommes; ce sont les premiers tués de la guerre du Pacifique.
Ce même jour, la météo est affreuse; de lourds nuages draînent de fortes pluies. Les mécaniciens du 64ème Sentaï ont bien du mal à démarrer les moteurs des Hayabusas. Seul un démarreur est en état de marche et doit donc servir pour chaque avion, l'un après l'autre. Ce n'est que lorsque tous les moteurs sont enfin démarrés que les ki 43 s'envolent. Le 64ème Sentaï entame sa première mission de guerre dans le Pacifique.
Si la pluie a cessé, de sombres nuages recouvrent entièrement le ciel...A 17h30, Kato et cinq autres pilotes décollent de Duong Dong pour relever la patrouille du second Shotaï menée par le Chû-i Tadao Takayama."Nous devions patrouiller jusqu'au coucher du soleil mais en fait nous n'avons jamais vu le soleil" écrit dans son journal Tako le soir venu. Arrivés sur zone à 19h10, les pilotes prennent le cap retour à 20 heures, guidés par un bombardier et son navigateur. Mais gênés par l'obscurité et les nuages, les pilotes nippons ne parviennent pas à maintenir la formation. Peu habitués à survoler l'élément marin et servant sur des ki43 non équipés de radiogoniomètres, 3 d'entre eux se perdent et s'abîment en mer sans laisser de trace.

2) la conquête de la Malaisie

Le matin du 8 décembre 1941 - jour de l'attaque sur Pearl Harbour - le 64ème Sentaï patrouille au-dessus de la région de Kota Bahru où les japonais disposent désormais d'aérodromes de campagne.
10 Blenheim MK IV du n°34 Sqd apparaissent à basse altitude, bombardent et straffent.


Blenheim MK IV


Les Hayabusas sont alertés; la chasse commence. Trois pilotes parviennent à intercepter les bombardiers moyens. Les Chû-I Takayama, Hinoki et Hatta partagent une victoire. En fait, si le Blenheim est effectivement fortement endommagé il réussit un atterrissage de force sur le terrain de Machang.
Dans l'après-midi, des Hayabusas menés par Kato attaquent le terrain de Butterworth en employant la "tactique d'attaque n°8" définie par l'IJA. Il s'agit de piquer, grimper, virer puis piquerde nouveau. Les pilotes du 64ème Sentaï entament leur attaque depuis l'altitude de 500m, en faisant feu. La sortie permet de détruire 5 avions au sol. Toutefois, sur le chemin du retour, un Hayabusa du 3ème Shotaï est victime d'un tir ami provenant d'un destroyer japonais. Le pilote arrive cependant à amerrir au large de Phu Quoc.

Le 12 décembre 1941, le 64ème Sentaï est transféré sur l'aérodrome de Kota Bahru que les britanniques ont été contraints d'évacuer.
Kato remporte sa première victoire de la seconde guerre mondiale le 22 décembre 1941. Ce jour-là, 18 hayabusa sous les ordres de Kato décollent de Kota Bahru à 11h10. Ils atteignent Kuala Lumpur à 11h40 à l'altitude de 4000m. Les pilotes du Chû-i Tadao Takayama , leader du 2nd Shotaï, aperçoivent sous leurs ailes une formation de Buffalo du 453 Sqd emmenés par le Flt Lt Venderfield.


ki43 vs buffalo


Takayama bat des ailes et mène ses pilotes à l'attaque. Ils sont bientôt rejoints par les autres Shotaï en vol. Le Sô-chô (sergent-chef) Yoshito Yasuda se souvient:
"J'observais l'avion de notre Shotaïsho. Soudain, je le vois battre des ailes. C'est le signal de l'attaque ! A plein gaz, presque verticalement, nous descendons. Ce sont des Buffalo. J'essaie de choisir un adversaire mais il est difficile d'en cibler un dans ce genre de combat. Je vois de la fumée et des flammes partout autour de moi et l'immense jungle verte en-dessous. Enfin, j'ai tout de même une opportunité de tir et j'ouvre le feu à 50 m. L'ennemi effectue une violente manoeuvre évasive mais je suis toujours là, derrière lui et je vois mes balles atteindre son gouvernail. Tout à coup, le Buffalo se retourne et, fumant, s'écrase au milieu de la jungle."
Bien que surclassés, les pilotes britanniques se défendent avec acharnement. Tadao Takayama trouve la mort lors de cet affrontement. Quant aux pilotes nippons, ils revendiquent 11 victoires sûres et 4 probables. Trois sont créditées à Takayama, deux au Taï-i Katsuni Anma et une respectvement au Shô-sa Kato, aux Chû-i Oizumi, Yohei Hinoki, Shogo Takeshi ainsi qu'aux Sô-chô Yoshito Yasuda et Myushi Watanabee. En réalité, "seuls" 5 buffalo sont détruits et 4 autres sérieusement endommagés. Quant aux pilotes australiens, ils déclarent s'être battus contre des Bf 109 !
Rentré de mission, Kato écrit dans son journal:"Aujourd'hui, nous avons rencontré 15 chasseurs ennemis et aucun n'en a réchappé. J'ai confiance en notre supériorité""
Il ne reste désormais plus que 3 buffalo disponibles au 453 Sqd. Le lendemain, cette unité reçoit l'ordre de se replier. La RAF disparaît de la Malaisie du nord et pour elle, tout va désormais se dérouler depuis Singapour et ses terrains d'aviation qui servent de refuge aux unités combattant en Malaisie du nord.

3)Première rencontre avec les Tigres Volants

Le 24 décembre les pilotes du 64ème Sentaï s'envolent de Kota Bahru et rejoignent Bangkok. Ils y passent la nuit et préparent le grand raid sur Rangoon qui doit avoir lieu le lendemain.
En effet, le 25 décembre, ce sont près de 180 appareils nippons - ki21, ki27, ki30 et ki43 des 12ème, 31ème, 60ème, 62ème, 64ème et 77ème Sentaï - qui se mettent en formation avant de se scinder au-dessus de Burma. Le 64ème Sentaï doit assurer la protection des bombardiers du 12ème Sentaï, mais ce dernier se divise en deux groupes lorsque le leader des bombardiers, le Taî-sa (colonel) Kitajima, perd de la puissance et rompt la formation, suivi par 6 des 37 bimoteurs. Les pilotes de Kato doivent donc désormais assumer la couverture de deux groupes.
Pendant ce temps, 13 P40 de l'AVG, plus connus sous la fameuse appellation des Tigres Volants, décollent de Mingaladon sous le commandement des Flt Leaders MacMillan et Dupouy. Le squad de MacMillan entame alors une patrouille au-dessus de la raffinerie de Syriam alors que celui de Dupouy reste en couverture de l'aérodrome.


Formation de P40 warhawk de l'AVG


MacMillan repère les ki 21 du 12ème Sentaï désoramis dirigés par le Shô-sa Oura et leur escorte qu'il croit être des zéros; ce sont en fait les Hayabusas du 64ème Sentaï. Avec l'avantage de l'altitude, les pilotes américains foncent sur les japonais et parviennent à les disperser.
Duke Nedman raconte:"Une balle du second bombardier sur ma gauche a percé ma canopée et frappé l'appui-tête. J'ai effectué un demi-tonneau et repéré un zéro qui séloignait. J'ai immédiatement entrepris un virage pour couper sa trajectoire et ouvert le feu à une distance de 300 yards (275m). Il a explosé du premier coup et ses débris se sont éparpillés"
Hedman est à son tour attaqué. Il effectue de nouveau un demi-tonneau et pique dans les nuages qu'il ne quitte plus, poursuivant sa navigation aux instruments. Il n'est pas le seul Tigre Volant à revendiquer une victoire. Ainsi Dupouy, après avoir effectué une passe frontale face à deux ki43 - des bf109 selon lui, suit sa victime qui se crashe dans les marais. Ayant aperçu le combat, des pilotes du 64ème Sentaï se ruent à son attaque mais ne parviennent pas à l'abattre. "Les 1ers et 2nd Shotaï n'ont pas respecté la consigne de suivre les bombardiers et quitté la formation après que les bombardiers aient largué leurs bombes. Ils ont engagé le combat en dépit des ordres" déplore le Chû-i Yohei Hinoki. Kato aperçoit alors ce groupe de bombardiers dépourvu d'escorte. "J'étais très inquiet. J'ai mis plein gaz à leur rencontre. En chemin, j'abattis deux ou trois chasseurs ennemis"(sic !). Une de ses victimes est le pilote Eddie Overend au secours duquel MacMillan se porte en vain. Ce dernier, trompé par la brusque manoeuvre défensive de Kato croit avoir descendu l'Hayabusa. L'opiniâtre leader des Tigres volants tente une dernière fois d'attaquer les ki21 mais son squadron est repoussé par les pilotes du 64ème Sentaï.


Les P40 à l'attaque des ki21 lors du raid sur Rangoon


A l'issue de ce violent combat, les hommes de Tateo Kato peuvent se targuer d'avoir rempli leur mission. Aucun des bombardiers dont ils ont assuré la protection n'a été descendu.
Mais ils déplorent la perte de deux de leurs camarades: le Chû-i Horoshi Okumura et le Gun-sôShigekatsu Wakayama.
La campagne en Malisie se poursuit mais les combats aériens ne sont guère courants. Il est vrai que l'aviation alliée est très amoindrie. Ce manque récurrent de moyens tient au fait que la plus grande partie de la RAF - également engagée au Proche et au Moyen-Orient - est stationnée en métropole suite à la récente bataille d'Angleterre. Néanmoins, deux wings de Hurricane sont en route afin de renforcer la défense de Singapour.


Dernière édition par *{64s}Takeshi_I le Sam 26 Sep - 12:18, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*{64s}Takeshi_I

avatar

Messages : 422
Date d'inscription : 24/03/2009
Localisation : Akeno

MessageSujet: Re: Histoire du 64s: Tateo Kato, l'âme du 64ème Sentaï   Dim 21 Juin - 12:30


III) COMBATS POUR SINGAPOUR


Le 9 janvier 1942, le 64ème Sentaï quitte Kota Bahru pour prendre ses nouveaux quartiers à Ipoh d'où ses pilotes pourront plus rapidement parvenir sur le nouvel objectif assigné à l'Armée impériale: Singapour, dont la forteresse est réputé imprenable.

1)Des combats plus intenses

La campagne débute de manière dramatique. Le 12 janvier, un pilote percute au décollage un autre Hayabusa et provoque ainsi un accident dont les conséquences sont lourdes. Non seulement les quatre appareils sont détruits mais deux pilotes meurent et deux autres sont gravement blessés.
Le lendemain, la présence du 64ème Sentaï est néanmoins requise pour assurer l'escorte d'une formation de bombardiers. S'ensuit un combat opposant les japonais à 6 Buffalo du n°243 Sqd qui évoluent en ordre dispersé suite à un décollage en alerte sous une grosse pluie. Le Flt Lt Garden raconte:" Devant moi, j'ai vu quelques monomoteurs japonais dont les pilotes ne semblaient pas m'avoir aperçu. Ils s'entrainaient et simulaient des attaques. J'en ai choisi un. A cet instant, le japonais m'a repéré et entamé un long virage serré mais je suis parvenu à rester dans ces six heures et à lui infliger des dommages. Il a fumé et plongé au sol."Au cours de ce combat, le cpt Hanma abat le Buffalo du Sgt Russel Reynolds.
Le 17 janvier, neuf vieux biplans Vildebeest et leur escorte constituée de six Buffalo attaquent une concentration de troupe.


En 1942, l'obsolète biplan Vildebeest est encore en service opérationnel au sein de la RAF.


Sur le chemin du retour, les britanniques aperçoivent une patrouille de deux ki27 et un Hayabusa. Les chasseurs alliés engagent et descendent le ki43 du lt Rokuzo Kato.
L'après-midi, les ki43 du second Shotaï escortent les ki21 du 60ème Sentaï. En revenant du raid, le lieutenant Kunii et son ailier le Sgt-maj Shokichi attaquent une base d'hydravions. Kunii décrit l'attaque:"Nous étions en train de survoler la jungle, quand soudain nous aperçûmes des hydravions amarrés. J'ai battu des ailes pour avertir mon ailier et lancer l'attaque. J'ai tiré une courte rafale et vu des projections d'eau entourer un hydravion. J'ai alors pressé de nouveau la détente et vu cette fois les balles frapper leur cible. A la troisième rafale, il a brûlé puis explosé. Nous avons renouvelé notre attaque à deux reprises. Quand nous sommes partis, les débris de quatre Sunderland brûlaient à la surface de l'eau." Ce sont en fait des Catalinas; deux sont coulés, les deux autres sont sévèrement endommagés.
Un nouveau raid de bombardement sur Singapour se déroule le 18 janvier. Les pilotes du 3ème Shotaï engagent le combat contre une douzaine de Buffalo des 243 Sqd et 488 Sqd de la RNZAF. Les nippons revendiquent 10 victoires, dont deux pour Katsumi Anmaet deux autres pour Masabumi Kunii. En réalité, seuls deux Brewster du 488 Sqd sont descendus: le Flt Lt Hutchinson, poursuivi par deux Hayabusas, réussit un atterrissage forcé sur une île mais le Plt Off Ernie Cox est moins chanceux et coule avec son appareil. Par ailleurs, quatre Buffalo du 243Sqd sont sévèrement endommagés.

2) Un nouvel adversaire: le Hurricane

Le 20 janvier un nouveau raid sur Singapour est programmé. Il est de plus grande ampleur que les précédents. Il réunit en effet 80 ki21 des 12ème et 60ème Sentaï et leur escorte du 64ème Sentaï et 40 G3M des Kokutaï de la marine et les zeros les protégeant. En approche de Singapour l'imposante formation est aux prises avec 12 Hurricane du n°232 Sqd volant en 3 groupes de 4 avions. Les pilotes du 64ème Sentaï voient les Hurricane entamer leur piqué à 8500m d'altitude. et grimpent afin de les intercepter avant qu'ils n'atteignent les bombardiers.Le plt Off Parker descend l'avion et tue Yoshio Hatta alors que ce dernier vient d'abattre un Hurricane.
Le 64ème Sentaï perd deux avions et un pilote mais compte 3 victoires confirmées créditées au palmarès du major Tateo Kato, au lieutenant Anma et, à titre posthume, au capitaine Hatta.
Les Hurricanes affrontent de nouveau les Hayabusas du 64ème Sentaï les jours suivants. 3 chasseurs anglais sont abattus et un autre sévèrement endommagé.


Un mécanicien effectue le plein d' un Hurricane


Le 29 janvier, le 64ème Sentaï escorte une nouvelle fois les ki21 du 12ème Sentaï qui s'en vont cette fois-ci bombarder l'aérodrome de Sembawang.
"J'ai eu du mal à démarrer le moteur et mis un long moment à décoller. Plein gaz, j'essayais de rejoindre mes camarades mais je ne les voyais nulle part. J'ai tout de même aperçu quelques bombardiers faisant route sans escorte. J'ai donc décidé de me joindre à eux afin de les protéger en cas d'attaque ennemie. Nous avons atteint l'objectif, les bombardiers ont largué leur charge et sont rentrés. Soudain, j'ai repéré 5 Hurricane et Buffalo piquer pour attaquer les ki21. J'étais certain qu'ils ne m'avaient pas vu dans leur dos. Je les ai poursuivis et me suis placé juste derrière l'un d'eux. Après une longue rafale, l'ennemi a pris feu et plongé au sol sur lequel il a explosé. Les autres chasseurs ont alors abandonné leur attaque et piqué pour s'enfuir en rase-mottes. J'ai néanmoins approché le gouvernail d'un autre et pressé la détente. Un moment plus tard, il s'est écrasé dans la jungle" témoigne le sgt-mjr Shokichi Omori.
Le lendemain ont lieu de nouveaux combats, au-dessus de Singapour cette fois. Les Hurricane du 258Sqd soutenus par les avions du 232sqd décollent pour intercepter 27 bombardiers et leur escorte. Les Hayabusas du 64ème Sentaï tombent sur leurs ennemis alors que ceux-ci approchent les bombardiers. Le Plt Off Campbell se retrouve en combat contre deux ki43. Il plonge, ouvre le feu à courte distance et voit le chasseur japonais exploser. Il attaque et endommage le second mais, à court de munitions, il rompt l'engagement et retourne à sa base. Le Sgt Ron Dovell du 232Sqd voit quant à lui un ki43 se placer dans ses 6 heures. Il entame un piqué prononcé; le pilote nippon renonce à l'attaquer et s'en va à la recherche d'une autre cible. Dovell le poursuit et le touche d'une longue rafale. L'Hayabusa laisse s'échapper une dense fumée noire, prend feu puis s'écrase en lisière de jungle. Alors que les debriefings respectifs des deux pilotes ne semblent pas comparables, il apparaît néanmoins que ces deux pilotes ont attaqué un seul et même avion.
En effet, le 64ème Sentaï n'inscrit dans ses registres la perte que d'un seul appareil, celui du Sgt-Maj Goto. Ce dernier a néanmoins évacué son avion en parachute avant de rejoindre à pieds son unité.
Les hommes de Kato revendiquent en outre 8 victoires dont trois sont créditées au lieutenant Takeshi.



Un pilote du 64ème Sentaï utilisant le viseur téléscopique d'un ki43 I


3) De victoires en victoires

A la mi-février 1942, Singapour capitule. Depuis deux semaines, le 64ème Sentaï s'occupe de la prochaine étape japonaise de cette campagne:l'île se Sumatra et particulièrement ses terrains d'aviation. En effet, l'Etat-Major japonais projette d'effectuer un raid aéroporté afin de s'emparer au plus vite des raffineries de pétrole de Sembawang. Ce plan requiert une absolue maîtrise du ciel dans ce secteur.
Le 6 février 1942, 18 Hayabusas du 64ème Sentaï et 14 du 59ème Sentaï s'envolent de Ipoh et Kahang pour escorter une formation de 23 ki48 des 75ème et 90ème Sentaï. Leur objectif est l'aérodrome de Palembang. Mais les nuages gênent le travail de navigation et seuls les pilotes des 75éme et 64ème Sentaï arrivent en temps voulu au check-point. Tateo Kato écrit: "J'ai alors pris cap nord, sous l'épaisse couche nuageuse et me suis retrouvé au-dessus du terrain. Je commençai immédiatement à le mitrailler. Il y avait de nombreux avions mais la météo était si mauvaise qu'après avoir touché deux avions ennemis, j'ai préféré faire demi-tour" Ces deux appareils, des Hurricane, lui sont attribués comme probablement détruits. Au total, les pilotes du 64ème Sentaï estiment avoir ce jour détruit un avion de manière certaine plus cinq probables.
Pendant une dizaine de jours, ce genre de raid est renouvelé quotidiennement. Durant les combats qui s'ensuivirent, le 64ème Sentaï enregistre 12 victoires et deux pertes. Le lieutenant Masabumi Kunii meurt suite à la perte d'une une aile lors d'une ressource après avoir piqué sur un ennemi.
Le 14 février, une armada aérienne nippone, composée de ki21, ki48, ki56, ki 57 et, comme de coutume leur escorte de ki43 des 59ème et 64ème Sentaï attaque la raffinerie et l'aérodrome de Palembang. Les ki21 et les ki48 bombardent les objectifs avant que les troupes aéroportées ( 270 parachutistes ) ne passent à l'attaque.
Quelques pilotes du 258 Sqd tentent de s'opposer. Ils sont immédiatement coiffés par les pilotes du 64ème Sentaï, à l'affût. Le Hurricane du Plt Off Macmanara est touché à plusieurs reprises mais ce dernier parvient néanmoins à se réfugier sur un terrain satellite. Celui du Flt Lnt Hutchinson se fait descendre.
C'est alors qu'une formation de 4 autres Hurricane, envoyés en renfort depuis Batavia, se présente au-dessus de Palembang. Ses pilotes, à court de carburant, sont contraints de se poser. Kato et ses pilotes ne ratent pas une telle opportunité; 3 d'entre eux sont abattus. Une victoire est attribuée à Kato.

Le raid est un succès total pour l'armée japonaise. Le lendemain, les troupes nippones occupent Palembang et c'en est pratiquement terminé de la résistance britannique à Sumatra.Le 17 février, les Hayabusas du 64ème Sentaï se posent sur l'aérodrome de Palembang.


La flèche sur le gouvernail est l'emblème du 64èmes Sentaï. Elle est blanche sur les avions du 1er Shotaï, rouge sur ceux du second et jaune sur ceux du 3ème.

Les Japonais pensent maintenant à l'île de Java, la principale de l'archipel indonésien, où siège le gouvernement des Indes néerlandaises.
La première attaque aérienne de l'armée se déroule le 19 février lorsque 5 ki48 du 90ème Sentaï sont envoyés en début de matinée bombarder le terrain de Semplak, dans le secteur de Buitenzorg. Ils sont de nouveau escortés par les pilotes des 59ème et 64ème Sentaï, commandés par le commandant Kato. Les chasseurs japonais se heurtent à neuf Buffalo de la 2.VI.G.V(ML-KNIL) qui ont décollé sur alerte. Peu après, leurs pilotes aperçoivent les fumées montant de Semplak. Alors qu'ils s'apprêtent à engager les bombardiers japonais, ils sont attaqués par les Hayabusas, volant 500m au-dessus. Malgré leur qualité et leur expérience, les Néerlandais sont rapidement éparpillés alors que les ki43 conservent leur formation. Le combat, qui dure près de vingt minutes, tourne au désastre pour la 2.VI.G.V. Les deux premiers pilotes à payer le prix sont le Vdg Kuyper et le Sgt Groot, qui s'écrasent tous deux dans la rivière Tjisedane. Le Sgt Hart, pris dans un combat tournoyant avec son ailier, est contraint d'évacuer son Brewster en feu; il se pose en parachute près du village de Paroeng. Le Vdg Scheffer, légèrement blessé, doit lui aussi sauter de son avion. Le 1Lt Deibel parvient plusieurs fois à se placer en bonne position de tir mais ses mitrailleuses de 12.7mm refusent de tirer. Son B.398 est très endommagé et il décide d'atterrir train rentré à Semplak. Il y parvient à la troisième tentative et doit être désincarcéré de son chasseur qui est ensuite réformé. Le Vdg Pelder, avion très endommagé, se pose également train rentré sur un terrain annexe.
Seuls trois pilotes échappent à la furie des Hayabusas. Cinq Buffalo sont complètement détruits mais surtout deux pilotes sont tués, un autre gravement blessé. Les hommes de Kato revendiquent 7 victoires contre ce qu'ils ont cru être des Curtiss Hawk... Tatéo Kato s'attribue l'une des victimes.

Les combats se poursuivent au-dessus de Java, l'aviation japonaise éliminant peu à peu les dernières forces aériennes alliées. Mais le 3 mars, Kato manque de peu d'être tué, par un Zéro ! Son ki43 est repéré par des A6M2 du 3ème KKT qui, à sa grande surprise, l'attaquent immédiatement. L'Hayabusa est très endommagé, Tatéo parvient néanmoins à atterrir en urgence.
C'est le dernier épisode marquant de Kato à Java puisque la grande île capitule le 8 mars.


Dernière édition par *{64s}Takeshi_I le Dim 6 Sep - 13:41, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sakai_Suchi



Messages : 13
Date d'inscription : 05/07/2009

MessageSujet: Re: Histoire du 64s: Tateo Kato, l'âme du 64ème Sentaï   Mar 7 Juil - 10:49

Si vous voulez créer un site, une fois j'en ai créer un, et pour l'hébergeur j'avais pris http://lescigales.org pas de pub, une base de donnée mysql et tout ça gratis. Et pour raccourcir l'adresse vous allez sur http://www.perso.cc/

et ca aussi c'est gratuit. J'ai fais ça avec mon forum et ça donne : http://sakai.fr.cc

Voilà, j'espère que ça vous aidera Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*{64s}Takeshi_I

avatar

Messages : 422
Date d'inscription : 24/03/2009
Localisation : Akeno

MessageSujet: Re: Histoire du 64s: Tateo Kato, l'âme du 64ème Sentaï   Mar 7 Juil - 10:55

Merci Sushi mais on a déjà un truc en route Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*{64s}Takeshi_I

avatar

Messages : 422
Date d'inscription : 24/03/2009
Localisation : Akeno

MessageSujet: Re: Histoire du 64s: Tateo Kato, l'âme du 64ème Sentaï   Jeu 27 Aoû - 10:34

IV) EN DUEL AVEC LES TIGRES VOLANTS
La campagne de Malaisie achevée, Kato est promu Lieutenant - colonel et le 64ème Sentaï est intégré au 57ème HikoShidan, sous les ordres du Général Eiryo Obata. Celui-ci dispose ainsi d'une force composée de six Sentaï - soit près de 200 avions - répartis sur des aérodromes situés entre Burma et Siam ( l'actuelle Thaïlande ). Leur mission est de couvrir la progression vers le nord des troupes de la 15ème Armée du Général Ida

1) La RAF mise hors de combat

Le 21 mars 1942, les bombardiers des 12ème et 98ème Sentaï, escortés par les pilotes du 64ème Sentaï, mènent un premier raid sur la base alliée de Magwe. 6 Hurricanes du n°17 squadron de la RAF ainsi que 5 P40C du 3ème Squadron de l'AVG assurent alors la protection du terrain. Deux Tomahawks, patrouillant plus haut que leurs camarades, attaquent les ki21. Ken Jernstedt est touché par un mitrailleur et rompt le combat. Sept Hayabusas fondent alors sur l'avion du Squadron Leader Dupouy. Ce dernier en touche un lors d'une passe frontale mais subit également le feu de son adversaire. Une balle traverse sa verrière et le blesse à la main. " J'ai plongé vers le sol et les 6 autres Hayabusas m'ont poursuivi. J'ai tout de même vu le chasseur que j'avais touché se crasher dans les arbres à 30 miles au Nord-Ouest de Tangoo"
En deux jours de lourds combats au-dessus de Magwe, les Japonais parviennent à détruire la moitié des Tomahawks de l'AVG, la moitié des Hurricanes du Squadron N°17 ainsi que la majorité des Blenheims du N°54 Squadron.
Les Alliés sont contraints d'évacuer la base de Magwe. L'AVG de Chennault se replie sur Loiwing, à la frontière entre la Chine et la Birmanie alors que les squadrons de la RAF se replient sur Akyab.
Cet aérodrome est à son tour attaqué le 23 mars par des ki21 escortés une nouvelle fois par 16 Hayabusas du 64ème Sentaï. Le Tai-i Anma se place dans les 6 heures d'un Hurricane et l'abat; le Plt Off Eric Brown évacue son avion en parachute.
Le 24 mars 1942, 6 P40C du 1st Sqd de l'AVG straffent l'aérodrome de Chiang Mai sur lequel est stationné le 64ème Sentaï. La DCA touche l'avion de Bill MacGarry qui est fait prisonnier et interrogé par Kato. Pour ce faire, ce dernier doit faire venir deux interprètes Thaïlandais, l'un assurant la traduction de l'anglais au français, l'autre du français au japonais. MacGary prétend que les hommes de l'AVG s'apprêtaient à se replier au nord, au-delà de la frontière Sino-Birmane.
Lors du raid, trois ki43 sont détruits, une dizaine d'autres sont endommagés. En dépit des dégâts occasionnés par l'attaque des hommes de Chennault, les mécaniciens japonais peuvent préparer onze Hayabusas pour le raid sur l'aérodrome d'Akyab programmé l'après-midi de ce même jour. Douze Hurricanes tentent d'attaquer les 53 ki21 engagés mais n'y parviennent pas. Deux d'entre eux sont descendus par les pilotes du 64ème Sentaï, un autre est endommagé.



Le pilote Ian Adamson peint l'emblème du 136 Sqd sur son Hurricane MkIIb



Le 28 mars 1942, 18 Hayabusas sous les ordres de Kato surprennent les pilotes de la RAF restés cloués sur le sol d'Akyab. En moins de dix minutes, ils détruisent 7 Hurricanes du N°136 Sqd et un biplan bimoteur de transport Valentia. Deux pilotes britanniques arrivent malgré tout à décoller pendant l'attaque. Le Plt Off Le Craw est abattu avant d'avoir pu prendre de l'altitude. Les Hayabusas attaquent également l'avion du Squadron Leader Jimmy Edson; ce dernier parvient néanmoins à s'échapper.

Les jours suivants, le 64ème Sentaï effectue plusieurs patrouilles au-dessus de Lashio, Loiwing et Mandalay afin de savoir quels furent les aérodromes utilisés par les pilotes américains lors du raid de Chang Mai. Le ciel est libre, les bases ennemies semblent désertes. La RAF a quitté le secteur et il apparaît donc que, comme l'a prétendu MacGary, l'Avg en a fait autant.

2) Débusquer et chasser les Tigres.


Profitant de l'accalmie, l'Etat-Major de l'IJA réorganise ses groupes. Trois pilotes aguerris sont ponctionnés de l'effectif du 64ème Sentaï afin de faire profiter d'autres escadrilles de leur expérience. Ils sont numériquement remplacés par trois jeunes pilotes sortant d'écoles d'aviation. Pour la première fois, le 64ème Sentaï compte des pilotes inexpérimentés dans ses rangs.
Le 8 avril 1942, l'équipage d'un ki46 envoyé en reconnaissance rapporte avoir aperçu 15 chasseurs alliés stationnés sur la base de Loiwing. L'AVG ne s'est-elle donc pas repliée ? Kato décide alors de lancer un raid. Le Chu-I Yohei Hinoki raconte le combat : " Près de deux heures après notre envol de Chiang Maï nous parvenons au-dessus de Loiwing. Le ciel semble vide de toute présence ennemie mais nous n'apercevons pourtant que trois avions sur l'aérodrome. Kato bat des ailes et lance l'attaque. Le commandant du 2ème Shotaï, le capitaine Maruo, qui devait nous garantir une couverture haute, descendit également afin de straffer l'aérodrome à son tour. C'est donc toute notre formation qui, se retrouvait ainsi vulnérable à basse altitude".





Les pilotes de l'AVG en patrouille à 22 000 pieds au-dessus de l'aérodrome sautent sur l'occasion et fondent sur leurs proies. Le 64ème Sentaï perd 4 Hayabusas et leurs pilotes lors de cette bataille aérienne. Le Tai-i Anma - l'as aux 32 victoires - s'écrase dans une rizière au sud de Loiwing. Un autre vétéran trouve égalemeent la mort lors de ce combat: le sergent Haruto Wado dont l'avion percute la piste de Loiwing. Les Chu-i Tadao Kuroki et Muneyuki Okumura sont également tués. Kato est lui aussi touché lors de cet engagement alors qu'il tente de grimper, moteur à plein régime et doit rompre le combat. Le jeune Chu-i Shunji Takahashi, dont c'était le baptême du feu, raconta par la suite que la seule chose à laquelle il put penser fut d'effectuer des loopings afin d'échapper au feu ennemi; il en exécuta ainsi une trentaine avant de parvenir à se dégager et prendre le cap retour.

3) Une éprouvante mise à l'épreuve.

Le soir venu, le dîner est bien amer. Le regard sombre, Kato rompt le silence: "Nous devons y retourner et attaquer de nouveau. Ce ne sera pas facile mais nous devons le faire. C'est notre devoir".Ce sont donc 11 Hayabusas qui s'apprêtent à décoller pour un nouveau vol de grande distance ( 750 miles ); afin d'exécuter correctement cette mission, les pilotes nippons devront utiliser jusqu'à la dernière goutte de leurs réserves de combustible. A 3h45, dans la pénombre, les moteurs sont mis en marche. En rejoignant la piste, 3 avions entrent en collision. Sur les 8 appareils restants, 3 sont contraints de rentrer prématurément à cause de moteurs défaillants. Néanmoins, les pilotes menés par Kato parviennent sur leur objectif à 6h10, surprenant complètement leurs adversaires. Kato éteint ses feux de navigation puis bat des ailes pour lancer l'attaque. Malgré plusieurs passes, pas un seul des 23 Tomahawk ne s'enflamme; leurs réservoirs sont certainement vides. Kato finit par battre des ailes et rallumer ses feux de navigation pour regrouper la formation. Alors que celle-ci prend le chemin du retour, les équipiers de Kato sont surpris de voir leur chef tirer une longue rafale dans le vide. De retour à Chang Mai, le Chu-i Hinoki lui demande la raison de cet étrange comportement. Kato, qui avait cru ses armes enrayées lors des passes de mitraillage s'est en fait rendu compte qu'il avait lui-même malencontreusement heurté le commutateur de commande d'armement en éteignant ses feux de navigation. Il n'a réalisé son erreur qu'en les rallumant et a alors tiré une rafale pour s'assurer qu'il avait effectivement commis une telle bourde !


Le Chu-i Hinoki



Neuf pilotes du 64ème Sentaï repartent au combat l'après-midi même pour un nouveau raid sur Loiwing. Les trois Shataï sont repérés par le réseau allié de guet avancé; l'alerte est donnée à Loiwing. Six Tomahawks décollent immédiatement et grimpent à 25 000 pieds afin de défendre leur aérodrome.
Le lieutenant Hinoki est terrifié en les voyant soudainement plonger sur le Shotaï mené par le lieutenant Takeshi Endo. Hinoki vire afin de se placer en position d'attaque, suivi de son ailier le sergent Aikichi Misago. Ils prennent à partie une paire d'avions de l'AVG qui pique instantanément et disparaît. Misago est alors engagé. Bob Brook rapporte : "J'ai effectué 3 attaques sur l'appareil ennemi. Il a viré sur la gauche puis s'est renversé, des flammes sortant des réservoirs de son aile gauche. Il est alors tombé à pic. Je l'ai suivi pendant plusieurs secondes."
Hinoki voit Misago mourir. Dans le même temps il entame un combat avec Robert T. Smith, manoeuvrant à travers les nuages et à basse altitude. Demeuré attentif, Hinoki voit un avion ennemi fondre sur lui à pleine vitesse; s'ensuit une passe frontale, les deux pilotes faisant feu en même temps. Hinoki est touché. Du sang coule sur son visage, de l'essence s'échappe du réservoir de son aile droite. Plutôt que d'être fait prisonnier, le nippon est résolu à mourir en s'écrasant sur la montagne. Bob Smith poursuit Hinoki mais ce dernier est dégagé par deux Hayabusa qui obligent Smith à breaker. Soulagé et retrouvant sa lucidité, Hinoki s'aperçoit que malgré les dégats les commandes de son avion répondent toujours, il décide de tenter de rentrer et parvient finalement à atteindre Chang Maï. On dénombrera 21 impacts sur son appareil. Quand à Bob Smith,il se révèle décidément opiniâtre. Se lançant de nouveau à la poursuite de ses ennemis, il finit par abattre le Sgt Goto qui décède.



Robert Smith


A l'issue de ce premier round, Kato et son ailier le sergent-major Yoshito Yasuda obtiennent chacun une victoire obtenue lors d'un combat tournoyant.
Mais deux pilotes de l'AVG ne renoncent pas à se battre. Charles Oder et Robert "Duke" Hedman prennet un cap sud afin de tenter d'intercepter les Hayabusa qui retournent à Loiwing. Ils repèrent finalement un contact isolé et passent à l'attaque. Le major Yasuda ne se rend commpte de leur présence que lorsqueson moteur est touché par les premiers projectiles. Ses armes sont également endommagées. "Je ne pouvais entrprendre que des manoeuvres défensives. L'huile et l'essence s'écoulaient des pipes d'echappement jusqu'au pare-brise et se répandaient sur le fuselage"
Yasuda ouvre alors la verrière mais les écoulements maculent alors ses lunettes de vol. Après une épuisante demi-heure de combat tournoyant, il finit néanmoins par s'échapper et rejoint Chang-Maï, vivant.


Dernière édition par *{64s}Takeshi_I le Sam 17 Oct - 20:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*{64s}Takeshi_I

avatar

Messages : 422
Date d'inscription : 24/03/2009
Localisation : Akeno

MessageSujet: Re: Histoire du 64s: Tateo Kato, l'âme du 64ème Sentaï   Sam 17 Oct - 15:58

v) KATO VERS SON DESTIN


Le 20 avril 1942, le 64ème Sentaï prend ses nouveaux quartiers à Tangoo. Dès le lendemain, le Cpt Yasukiko Kuroe rejoint le sentaï afin de remplacer le défunt Cpt Anma à la tête du troisième shotaï.

a) Le sens du devoir

A l'approche du 29 avril, date anniversaire de l'Empereur Hiro Hito, le Haut-Commandement Japonais résous de s'emparer de la ville de Lashio, terminus de la route de Birmanie afin de lui rendre hommage. Le plan du Général Obata prévoit évidemment dans un premier temps de neutraliser l'aviation ennemie.



Vue aérienne de la route de Birmanie. Construite spécialement pour ravitailler la Chine, elle est maintenant inutile aux alliés


Kato décolle donc le 28 avril avec 20 Hayabusas munis de résevoirs supplémentaires. Ils escortent 24 ki21 du 12ème Sentaï. La formation se trouve à 3000 mètres lorsqu'une formation de chasseurs ennemis est repérée. Les Kittyhawk de Tex Hill engagent le combat et tentent de disperser les bombardiers. Tex Hill voit alors six "zeros" lâcher leurs réservoirs auxiliaires et se porter à leur rencontre. En effet, le Cpt Yasuhiko Kuroe amorce une descente en spirale, suivi par les pilotes du 3ème Shotaï.Lors du combat qui s'ensuit, l'avion du caporal Hirano est touché. Son aile se détache du fuselage. Hirano saute puis rejoint l'aérodrome de Tangoo après six jours de marche.
Le 64ème Sentaï déplore une autre victime lors de ce combat. En effet le lieutenant Tadashi Kataoka trouve la mort ce jour-là après avoir quitté la formation en dépit des ordres.
De retour à la base, Kato déclare à ses hommes: "Je savais que certains d'entre vous étaient en train de combattre mais je ne suis pas venu vous aider car notre objectif était de protéger les bombardiers. Faisons le deuil de ces pilotes et continuons de travailler en groupe"
Pour Kato, seul importe le travail collectif. Nombre des victoires de ses pilotes furent d'ailleurs créditées à l'ensemble de l'escadrille. De même, il interdit de peindre des marques individuelles de victoires sur les avions.

Le lendemain, les troupes de l'armée s'emparent de Lashio. L'Etat-Major peut alors en faire don à l'Empereur le jour de son quarante-et-unième anniversaire. Mais surtout, ce faisant, les Japonais ferment la route de Birmanie, qui permettait aux alliés occidentaux de ravitailler les troupes chinoises nationalistes depuis l'Inde.
Tout le ravitaillement doit maintenant être transporté depuis les airs, les communications terrestres entre les alliés occidentaux et les chinois étant toutes coupées. L'AVG doit se replier en Chine.

b) Des combats sporadiques

Les derniers combats entre pilotes du 64ème Sentaï et de l'AVG se déroulent les 4 et 5 mai, autour de Baoshan, les ki43 escortant de nouveau les bombardiers du 98ème Sentaï. Le 64ème et l'AVG revendiquent une victoire chacun.



Les 8 et 9 mai, les pilotes de Kato escortent de nouveau les bombardiers, sur Chittagong cette fois-ci. Ils revendiquent alors 7 P40 détruits au sol.
Quelques jours plus tard, le 64ème Sentaï établit ses nouveaux quartiers à Akyab qui est désormais régulièrement visée par des raids britanniques. C'est alors la saison des pluies en Birmanie. Aux températures très chaudes, au au degré d'humidité s'ajoute la fatigue accumulée lors des derniers longs mois de combats frénétiques. De nombreux pilotes et rampants sont victimes de fortes fièvres. Kato lui-même n'est pas épargné.
Le Général Eiryo Obatalui ordonne de se laisser faire hospitaliser. Kato y passe une semaine mais retourne à son unité dès que sa fièvre baisse. Il n'est pourtant pas revenu au meilleur de sa forme. Néanmoins, l'effectif du 64ème Sentaï étant considérablement affaibli, le rythme des missions diminue.
Dans le même temps, des avions de reconnaissance de la RAF ont découvert la base des ki43. Dès lors, des bombardiers moyens décollent régulièrement pour entreprendre des missions de nuisance sur l'aérodrome d'Akyab. Le 17 mai, le Lt Saburo Nakamura descend un Hudson du N°62Sqd piloté par par le Plt Off. Corbett.
Le 21 mai, le Sgt Maj Yoshito Yasuda et deux autres pilotes interceptent à leur tour un autre Hudson du 62Sqd. Après une poursuite qui les emmène à 20 miles seulement de Chittagong, Yasuda abat finalement l'avion du Flt Off Paul Springman.
Ce même jour, Kato et sept ailiers effectuent un raid sur l'aérodrome de Chittagong. Mais lorsqu'ils arrivent sur leur objectif, celui-ci est désespérement vide de tout avion ennemi. Alors que la formation retourne à Akyab, pour une raison inconnue, une explosion se produit dans l'avion du Wt Off Takeshi Shimizu. Le pilote peut toutefois sauter en parachute et est fait prisonnier.

3) La mort du dieu de la guerre

Le 22 mai 1942, un Blenheim MkIV isolé, du N°, piloté par le Wt Off Martin Huggard du N°60Sqd, apparaît au-dessus de la piste d'Akyab qu'il bombarde. Cinq pilotes japonais décollent précipitemment afin de se lancer à sa poursuite.
Le SgtMaj Yasuda, qui a décollé le premier rejoint bientôt le bombardier qui vole au ras des vagues. Il l'attaque par l'arrière et est aussitôt touché par le tir du mitrailleur de tourelle "Jock" McLuckie. Blessé au bras, Yasuda retourne à Akyab.
C'est au tour du Cpt Masuzo Otani de mener l'assaut. Mais McLuckie parvient également à le toucher: réservoir percé, Otani est contraint à la retraite.
Enfin, Kato apparaît avec deux ailiers. Le commandant du 64ème Sentaï plonge à l'attaque. En amorçant son piqué, son Hayabusa est mortellement blessé au ventre par un dernier tir de McLuckie...Le ki43 se retourne et plonge dans la mer, emmenant avec lui Tateo Kato.

Choqués, ses équipiers n'insistent pas et retournent à Akyab annoncer la terrible nouvelle. La perte du Lt Col Kato, un des plus grands as de l'AIJ porte un coup sévère au moral des pilotes du 64ème Sentaï.

A titre posthume, Kato est fait Major Général. La citation indique notamment que, sous son commandement, le 64ème Sentaï a remporté 200 victoires.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Histoire du 64s: Tateo Kato, l'âme du 64ème Sentaï   

Revenir en haut Aller en bas
 
Histoire du 64s: Tateo Kato, l'âme du 64ème Sentaï
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [A LIRE] Histoire de la taverne + Tuto d'upload.
» Revue "Les dessous de l'Histoire" (Jacquier)
» la peinture hyper réaliste Histoire de l'Art
» Histoire de Korrigans/Conte breton
» Annie Pietri, l'Histoire pour la jeunesse...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ancien forum du Hiko 64th Sentai :: Public :: Shuho-
Sauter vers: